Que font les bibliothécaires ? Prêter un document pour une exposition


Les collections d’une bibliothèque patrimoniale ne sont pas figées ; au contraire, elles sont régulièrement sollicitées  pour des expositions. Les collections de la médiathèque Jacques-Chirac sont ainsi régulièrement amenées à voyager partout en France et même à l’étranger, ce qui permet à un nouveau public de les découvrir.

Un prêt débute généralement par une discussion entre l’emprunteur et le prêteur : ce dernier doit examiner la proposition et vérifier que le document souhaité n’est pas trop fragile pour être exposé. Il faut également veiller au bon déroulé juridique de l’action, grâce à une convention qui fixe les détails pratiques du transport, et à une assurance. Le prêt de documents patrimoniaux est d’autre part soumis à une autorisation préfectorale qui conditionne leur sortie de la bibliothèque.

Des recommandations précises sont nécessaires à l’exposition d’un document écrit, tout comme pour n’importe quelle œuvre. Tout d’abord, la durée de l’exposition est délimitée à trois mois ; le document sera ensuite mis « au repos » pendant trois ans avant de pouvoir à nouveau être présenté. L’espace d’exposition doit jouir, tout comme un espace de conservation, d’un taux  d’humidité correct,  d’une température stable, et d’une luminosité qui ne sera pas agressive pour le document mais permettra au visiteur de pouvoir le distinguer correctement ! Les livres reliés ne sont pas présentés à plat, mais sur un socle qui permet de contrôler leur angle d’ouverture ;  ce dernier doit être soigneusement choisi afin de ne pas malmener la reliure, plus ou moins serrée selon l’ouvrage.

Quatre étapes rythment le voyage aller et retour du document. Après son emballage, il est acheminé sur le lieu d’exposition pour être déballé et mis en vitrine ; le procédé  est répété dans le sens inverse pour la désinstallation de l’exposition et le retour du document sur son lieu de conservation. Un agent de l’établissement prêteur accompagne le document lors de ces quatre étapes pour contrôler son état et vérifier qu’il ne s’est abîmé ni pendant le transport, ni pendant la période où il a été présenté sous vitrine : on parle alors de convoiement. Un constat d’état permet de documenter ce processus lors de chacune de ces étapes.

C'est bien de partager

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.