Du nouveau du côté des manuscrits


Au XVIIIe siècle, à une époque où fleurissent dictionnaires et encyclopédies, l’idée de réaliser un catalogue général des manuscrits conservés dans les bibliothèques publiques françaises commence à émerger.

Après plusieurs initiatives qui n’aboutirent pas, Abel-François Villemain, ministre de l’Instruction publique de Louis-Philippe, fait publier le 3 août 1841 une ordonnance royale qui prescrit la rédaction et la publication d’un « catalogue général et détaillé de tous les manuscrits, en langues anciennes ou modernes, actuellement existant dans les bibliothèques publiques des départements ».

La publication du Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France commence en 1849 pour s’achever en 1993. Plus de cent-dix volumes paraissent, répertoriant des manuscrits provenant d’environ cinq cents établissements différents.

Avec l’essor des bases de données informatiques depuis les années 1980, les limites de la forme imprimée du catalogue surgissent. Dans les années 2000, les volumes papiers sont alors informatisés et versés dans le Catalogue collectif de France http://ccfr.bnf.fr/portailccfr/jsp/public/index.jsp, qui permet aujourd’hui de localiser quelque 30 millions de documents conservés dans les bibliothèques françaises.

A présent en ligne, le Catalogue général des manuscrits est devenu accessible à tous.

Depuis 2012, la Bibliothèque nationale de France (BnF) initie un projet national de mise à jour systématique du Catalogue général des manuscrits. Le but est à la fois de garder  les notices et de faire entrer dans le catalogue les manuscrits qui sont venus enrichir les collections des bibliothèques ces dernières années.

La BnF a désigné la région Champagne-Ardenne comme pilote pour expérimenter ce projet, compte-tenu de la richesse de ses fonds patrimoniaux.

À la médiathèque de Troyes Champagne Métropole, ce projet permet de signaler et valoriser des fonds de manuscrits de figures locales, qui ont œuvré à la vie culturelle troyenne et champenoise au XIXe et XXe siècles, tels que Georges Hérelle, Jacque-Dupont ou encore Jean-Jacques Kihm : les trois fonds d’archives privées que ces personnages ont légué à l’ancienne bibliothèque de Troyes se distinguent tant par leur taille que par leur importance.

Né à Pougy-sur-Aube, professeur de philosophie et ethnographe,  Georges Hérelle (1848-1935) est connu pour ses traductions françaises des œuvres du poète italien Gabriele d’Annunzio. À la fin de sa vie, il a fait don de ses archives, qui se composent de cartes postales, de textes manuscrits et de monographies, à la Bibliothèque municipale de Troyes.

Pianiste et compositeur français, Jacque-Dupont (1906-1985) a reçu en 1931 le prix de Rome. De 1937 à 1943, il a dirigé le Conservatoire de Toulon, puis est devenu Inspecteur principal de la musique avant de s’éteindre à Troyes. Ses archives concernent essentiellement des partitions musicales, les synopsis de ses émissions de radio et divers travaux de recherches.

Jean-Jacques Kihm (1923-1970) était écrivain, professeur de philosophie et fondateur du Festival populaire de Troyes et de Champagne. Admirateur de l’œuvre de Jean Cocteau (1889-1963), la grande amitié qui les liait est visible dans la riche correspondance conservée à la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole. Le fonds se constitue aussi de photographies et de textes manuscrits.

En signalant plus largement les fonds patrimoniaux des établissements de la région, le projet de mise à jour du Catalogue général des manuscrits révèle ainsi au public les politiques d’enrichissement continu des collections de manuscrits et d’archives. Ces fonds apparaîtront désormais en ligne sur le site du Catalogue Collectif de France à partir de juillet 2017.

 

Marine Puteaux, Université de Reims Champagne Ardenne

C'est bien de partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someonePrint this page

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *