Le livre italien à Paris au XVIe siècle 2


Sous le règne des derniers Valois et de Henri IV, Paris accueillit de nombreux Italiens. Les uns, exilés florentins, seigneurs napolitains ou milanais, y avaient trouvé une nouvelle patrie ; les autres, prélats, diplomates, militaires, banquiers, comédiens venaient y exercer leur mission ou leur activité. Cette présence italienne variée est à l’origine d’une activité éditoriale qui fit de Paris une capitale du livre italien. Imprimeurs et libraires de l’Université et du Palais, parmi lesquels les plus célèbres, publièrent une centaine d’ouvrages en langue italienne, des Rime d’Amomo (1535) aux oraisons funèbres pour la mort de Henri IV (1610).

Il s’agit pour l’essentiel d’une production privée, élaborée par des Italiens et quelques italianisants de l’entourage royal, qui illustre la protection que les rois de France, en même temps qu’ils favorisaient la défense et l’illustration de la langue française, accordaient à la langue et aux lettres italiennes. Ces livres, souvent d’une typographie soignée, offraient en retour une contribution originale à la célébration royale, à l’agrément de la vie mondaine, à la constitution des savoirs, à un catholicisme et une spiritualité rénovés. Par leurs auteurs, leurs textes et leurs thèmes, ils se distinguent tant des livres en langue italienne publiés en Italie même que de ceux imprimés à Lyon, Genève ou Londres à la même époque.

Le fonds ancien de la Médiathèque du Grand Troyes possède plusieurs de ces ouvrages, destinés à la cour de France, parmi lesquels La Coltivatione (1546) du poète Luigi Alamanni, la comédie Candelaio (1582) du philosophe napolitain Giordano Bruno, le De vulgari eloquentia (1577) de Dante, portant la marque de possession du poète mâconnais Pierre Tamisier, ainsi que les deux traités d’architecture de Sebastiano Serlio (1545 et 1547) .

Trois dialogues de l'exercice de sauter et voltiger dans l'air. Archangelo Tuccaro. Paris, 1599. S-10-2378. Médiathèque du Grand Troyes. Photo E. Bord

Trois dialogues de l’exercice de sauter et voltiger dans l’air. Archangelo Tuccaro. Paris, 1599. S-10-2378. Médiathèque du Grand Troyes. Photo E. Bord

Traités d’architecture

Le Primo (—secondo) libro (Paris, 1545), dédié à François Ier, traite de géométrie et de perspective ; donnant le texte italien avec la traduction de Jean Martin, il est illustré de 132 bois gravés, dont un au monogramme D.K. Le Quinto libro (Paris, 1547), illustré de 29 bois gravés, est dédié à la reine de Navarre et porte sur l’architecture religieuse. Les autres livres ont été imprimés à Venise, à Anvers et à Lyon, où parut le Livre extraordinaire (1551).

Serlio était arrivé en France en 1541. Protégé par le roi et par Marguerite de Navarre, il travailla principalement à Fontainebleau. Si l’on conserve peu de ses réalisations, son influence fut considérable, principalement à travers ses ouvrages, aux origines d’une la grande architecture à l’antique. Plusieurs châteaux de Champagne méridionale et en Bourgogne (en particulier Le Pailly et Ancy-le-Franc) portent visiblement son style.

Ces ouvrages sont une partie de l’importante collection de livres italiens du XVIe siècle conservés depuis les origines à Troyes. Ceux-ci confirment les liens culturels privilégiés que les lettrés champenois de l’époque entretenaient avec l’Italie, en particulier les Hennequin, les Mauroy, protecteurs de l’écrivain italianisant Gabriel de Guttery, et surtout le chanoine Pierre de Larivey, traducteur de plusieurs comédies italiennes qui servirent de modèle à Molière.

Professeur de littérature française, Jean Balsamo coordonne la recherche consacrée au livre italien de la Renaissance en Champagne, dans le cadre du projet régional ALIPAD (Université de Reims), et tient depuis 2005 un séminaire d’histoire du livre dans le cadre du Master professionnel « Protection et valorisation du patrimoine » (Centre universitaire de Troyes). Il est par ailleurs commissaire de l’exposition Le Livre italien édité à Paris (1535-1611), qui se tient à la Bibliothèque Mazarine jusqu’au 13 juillet, à l’occasion de la publication de son ouvrage L’amorevolezza verso le cose Italiche : Le livre italien à Paris au XVIe siècle

Bibliographie

La Coltivatione di Luigi Alamanni al christianissimo re Francesco primo. 1546

Candelaio, Comedia del Bruno Nolano achademico di nulla achademia. Giordano Bruno. 1582

De vulgari eloquentia libri duo. Dante Alighieri. 1577

Quinto libro d’architettura di Sabastiano Serlio Bolognese. 1547

Il primo libro d’architettura, di Sabastiano Serlio Bolognesa.1545

Extraordinario libro di architettura. Sebastiano Serlio. 1551

Trois dialogues de l’exercice de sauter et voltiger dans l’air. Archangelo Tuccaro. Paris, 1599

L’amorevolezza verso le cose Italiche : Le livre italien à Paris au XVIe siècle. Jean Balsamo, Droz, 2015

C'est bien de partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someonePrint this page

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Le livre italien à Paris au XVIe siècle