Les Rois mages dans les livres d’heures troyens 2


Caractéristique du Nord de l’Europe, en particulier des Pays-Bas, de Flandres et du Nord de la France, le livre d’heures apparaît au 13e siècle. Ces manuscrits richement décorés contiennent le calendrier des saints et des fêtes chrétiennes, des offices religieux comme l’office de la Vierge, des textes provenant des Evangiles, des litanies et vies des saints. Ils sont illustrés de miniatures, peintures de petites dimensions, représentant des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament dont l’arrivée des trois rois mages auprès de Jésus, célébrée le 6 janvier.

Les trois Mages

Les épisodes de la Nativité du Christ sont fréquemment représentés dans les livres d’heures : la fuite en Egypte, l’annonce aux bergers, la crèche et l’adoration des mages.

Les livres d’heures d’origine troyenne conservés à la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole montrent tous les rois mages offrant leurs cadeaux à Jésus, scène célébrée le 6 janvier à l’Epiphanie. Les mages représentent les trois continents de l’Ancien monde : Afrique, Asie et Europe. Ils ne sont pas alors identifiables par leurs traits ou leurs couleurs de peau, mais sont plutôt caractérisés par leurs costumes et leurs coiffes, et par les présents apportés, la myrrhe, l’encens et l’or.

Cette exposition virtuelle de la BnF vous permet d’en savoir plus sur l’origine des rois mages et la signification de leurs présents.

Des Artistes anonymes

Traditionnellement, au Moyen Age, les artistes ne signent pas leur production ; par recoupement et par comparaison, les chercheurs parviennent à attribuer des livres d’heures à un maître ou à un atelier d’artistes. Certains maîtres ou certains ateliers sont très actifs comme Jean Colombe, enlumineur né à Bourges, à qui on attribue la maîtrise ou une participation dans la réalisation d’une douzaine de livres d’heures au moins.

L’un des livres d’heures peints par Jean Colombe et ses disciples est aujourd’hui conservé à la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole. Acquis par la Médiathèque en 2005, il est le fruit d’une commande passé à Jean Colombe par Guyot Le Peley, riche bourgeois troyen. La miniature représentant les rois mages apportant leurs cadeaux est peinte en pleine page : demandant plus de maîtrise, ces peintures sont réalisées par le maître lui-même, laissant à ses disciples les motifs décoratifs en marge des pages de texte.

C’est au 15e siècle que les livres d’heures sont les plus répandus, toujours sous forme manuscrite mais aussi bientôt imprimée. Au siècle suivant, leur popularité diminue cependant peu à peu ; si les imprimeurs en activité après 1500 continuent de publier ce genre d’ouvrages, ils choisissent progressivement de se tourner vers d’autres formes éditoriales.

Bibliothèque numérique

C'est bien de partager

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Les Rois mages dans les livres d’heures troyens

  • martine Demessemacker

    Très bel article , si joliment illustré !!! j’en profite pour vous souhaiter à vous même et à toute l’équipe une belle et enrichissante année 2019 !

  • mendak noble danièle

    merci infiniment pour cette publication exceptionnelle! on ne se lasse pas de voir et revoir toutes ces richesses et c’est un réel plaisir de les trasnmettre!