Le blog fait son cinéma #2 – Sur la trace de la Bibliothèque bleue 1


Le patrimoine pluriséculaire conservé à la médiathèque de Troyes raconte des histoires, plurielles, certes passées, mais encore bien souvent présentes dans les imaginaires d’aujourd’hui. Ainsi, des légendes médiévales aux fictions du 19e siècle, ces histoires ont-elles aussi inspiré d’autres œuvres, tout particulièrement dans l’univers du 7ème art.  

Il n’est en effet pas rare qu’on se remémore un film ou une scène, en ouvrant un manuscrit médiéval ou un livret de la Bibliothèque bleue.

Jusqu’à l’été 2020, suivez notre nouvelle série « Le blog fait son cinéma », mettant en parallèle un document ou un fonds de nos collections avec un film.

Épisode 2 : Sur la trace de la Bibliothèque bleue

Apparue au début du 17e et vendue jusqu’au milieu du 19e siècle, la Bibliothèque bleue s’inscrit dans une époque qui a souvent inspiré le cinéma. Des films de cape et d’épée jusqu’aux intrigues les plus romantiques, en passant par les adaptations de classiques littéraires, cette large période continue d’être représentée dans de nombreux films.

Un constat s’impose cependant : l’omniprésence des sujets aristocratiques quel que soit le genre du film (aventure, guerre, drame romantique,…). Les histoires évoquées au cinéma sont celles des rois, des princesses et des nobles vaillants. Les milieux modestes ne sont que rarement montrés et encore moins dans une activité liée à leur vie quotidienne ou à la lecture.

Sorti en 1983, La Trace est l’un des rares films à faire d’un simple colporteur son personnage principal. Suivant Richard Berry à travers la Savoie, la Suisse et la Lombardie, le spectateur entre avec lui dans les petits villages de montagne, au plus près de sa rude vie d’errance aux succès fragiles et aux dangereuses infortunes.

Photos Médiathèque Jacques-Chirac, Troyes Champagne métropole

Principaux vendeurs des petits livres de la Bibliothèque bleue, les colporteurs proposent également bien d’autres produits à leur arrivée dans une bourgade.

Ce film est aussi celui de la fin d’un monde : la Savoie devenue française en 1860, le colporteur doit désormais passer une frontière et ne peut plus circuler aussi librement. Le colportage vit ses dernières années, bientôt remplacé par le chemin de fer qui transforme en une puissante industrie nationale le commerce du livre, encore distribué ici de manière locale et artisanale par le colporteur.

À partir des années 1860, la disparition du colportage entraîne également celle de la Bibliothèque bleue. Les grands groupes d’édition qui dominent désormais le marché du livre créent peu à peu de nouvelles collections, (Livres roses pour la jeunesse, Bibliothèque des Chemins de fer, Bibliothèque verte,…) mais ne reprennent pas cette collection ancienne qui tombe alors dans l’oubli, avant d’être redécouverte au début du 20e siècle.

À emprunter à la Médiathèque

La Trace de Bernard Favre, 1983

Avec : Richard Berry, Bérangère Bonvoisin, Sophie Chemineau, Marc Perrone, Robin Renucci

C'est bien de partager

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Le blog fait son cinéma #2 – Sur la trace de la Bibliothèque bleue